L’art de réseauter pour les entrepreneurs timides

Vous savez que vous devez le faire, et à présent que la crise est là, vous regrettez de ne pas l’avoir fait plus tôt. Quittez votre écran d’ordinateur et sortez ! Si vous êtes introverti, vous êtes plus que probablement intuitif et observateur. Ces qualités vous éviteront d’être le raseur que tout le monde fuit dans ce genre d’assemblées.

Paul B.Brown vient de publier dans le « Small business toolkit » du New York Times un article intitulé « Networking for the Shy Entrepreneur » :

Comment réseauter lorsque l’on est timide ?

Voir aussi L’art du schmoozing selon Guy Kawasaki dans le livre La réalité de l’entrepre-

neuriat (traduit par Marylène Delbourg Delphis), dont voici les points-clés :

1. Comprenez l’objectif : il s’agit d’abord de découvrir ce que l’on peut faire pour quelqu’un d’autre.

2. Sortez,  car le schmooozing est un sport de contact.

3. Posez les bonnes questions et ensuite, taisez-vous.

4. Révélez vos passions et ne parlez surtout pas que de travail !

5. Soyez un lecteur vorace.

6. Faites un suivi (et oui, évident, mais pourtant… qui n’a pas égaré des cartes de visite, ou omis de noter tout de suite  les mots-clefs résumant l’échange).

7. Soyez facile à contacter… ( des cartes de visite lisibles et exploitables).

8. Demandez le renvoi d’ascenseur : « Les schmoozers fantastiques demandent le renvoi d’ascenseur », car si une personne reste débitrice à votre égard, cela pèsera inutilement sur votre relation.

Partager :
Tags : Un commentaire

1 commentaire(s)

  1. Merci pour votre message sur mon blog. J’avais effectivement repéré la publication des ouvrages de Guy Kawasaki par votre maison que je suis ravi de voir se développer.
    bonne continuation,

    Stéphane Leduc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *