Prévenir l’échec scolaire en développant la motivation du jeune élève

Dans leur livre consacré à l’orientation*, Jeanine Over De Linden et Pascale Marmara proposent aux parents et éducateurs de multiples clés pour aider les jeunes à construire positivement leurs parcours scolaires et professionnels.
Leur approche est fondée sur la découverte par le jeune de ses préférences personnelles et de ses styles d’apprentissage.
Face à la menace de l’échec scolaire, penser en termes d’objectifs, de projet, et d’avenir,  aide le jeune démobilisé à retrouver  énergie et  motivation.
Voici un court extrait de leur ouvrage :

« La motivation n’est pas un état, ni un trait de caractère, mais un processus.
Des expressions comme « Je ne suis pas motivée », « Motive-toi ! » ou « Je ne sais pas quoi faire pour le motiver » sont  inappropriées si l’on se réfère à la définition même de la motivation. La motivation est un processus permettant de fournir des efforts importants pour une activité donnée. Elle est multifactorielle : elle dépend de nos ressources, de notre envie de nous développer, de notre niveau de confiance et d’autonomie, de l’environnement et des objectifs fixés. Le « peut mieux faire » de l’enseignant ou du parent est une parole creuse tant que le jeune n’aura pas eu l’occasion de réfléchir à un objectif et aux moyens qu’il se donne pour se mettre en mouvement.
Compte tenu de ces éléments, il est clair que la motivation par la peur est elle aussi totalement inefficace. « Si on m’impose, je m’oppose. Si on m’explique, j’applique. »
Des recherches ont d’ailleurs montré que sur les cinq attitudes fréquemment utilisées pour tenter de motiver, « dire », « ordonner », « persuader », « influencer », « suggérer », c’est la dernière qui, à terme, suscitera le maximum d’engagement. »…

* ORIENTATION, aidons les jeunes à construire leur avenir

Partager :
Un commentaire

1 commentaire(s)

  1. Claire Gautier

    Payer les élèves…pour aller en classe!
    c’est la nouvelle trouvaille de M.Hirsch et L.Chatel!

    Tant que le lycée professionnel sera considéré comme le « dépotoire » des élèves en échec scolaire et non comme une orientation voulue il faut bien trouver un moyen pour attirer les jeunes dans cette filière!…
    Tant que l’orientation est vécue comme un choix par défaut et non un choix délibéré, la filière professionnelle sera loin d’être attractive!
    A quand cette prise de conscience?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *