Faites place nette pour la rentrée !

Voici un extrait d’un article publié récemment par Monica O’Brien sur son blog (La thésaurisation numérique, le fatras sentimental et le refus de se séparer du passé), traduit par Inès Michelini et reproduit ici avec son accord.

« Everett Bogue, adepte du minimalisme extrême, me semble beaucoup plus versé que moi dans l’art de l’épure. Loin de se contenter de pratiquer le détachement vis-à-vis des possessions matérielles, il pousse le minimalisme jusqu’à se défaire de ses données numériques et n’hésite même pas à se séparer de ses souvenirs. En décembre 2010, il a supprimé l’ensemble de ses fichiers numériques (photos, textes écrits au lycée, tout le contenu de son blog pourtant très populaire, la liste ne s’arrête pas là) pour faire place à ce qu’il appelle « les données vivantes » : du contenu dont la durée de vie n’excède pas l’utilité et qui évolue au fil du temps, devenant de plus en plus intelligent. Il déclarait ainsi lors d’une interview :

« Dans un monde en perpétuel changement, les accès de sentimentalisme ou de nostalgie peuvent s’avérer incroyablement troublants pour notre psyché. Les jours me semblent maintenant durer des années, les heures durer des jours. Tout ce que j’étais me semble maintenant faire partie d’un passé extrêmement lointain. Je crois que si j’avais conservé des choses datant de l’époque du lycée par exemple, les voir me ramènerait brusquement des années en arrière, ce qui serait très douloureux. Je préfère vivre l’instant présent. »

Il explique par la suite comment, maintenant qu’il n’est plus encombré par les souvenirs de sa vie passée, il peut se déplacer plus rapidement et, surtout, créer plus brillamment.

(…)

Gmail a été le premier à jouer sur l’idée, ô combien consumériste, de ne plus jamais avoir à nous séparer de nos données, comme le reflète sa devise : « N’effacez plus jamais un seul e-mail ». « Souvenez-vous de tout ! » nous encourage pour sa part Evernote ; « Emportez vos fichiers partout ! » nous rassure Dropbox. À une époque ou Google, Apple et Amazon se livrent une « guerre des nuages » sans merci, espérant vous convaincre de leur confier tout votre contenu numérique pour un modique abonnement mensuel, l’espace de stockage ne coûte presque rien. Conclusion : comme peut en témoigner le cimetière de jouets qu’est maintenant votre chambre dans la maison de vos parents, les vieilleries ont le don de s’accumuler là où il y a de la place, et notre vie numérique ne fait pas exception.

D’un autre côté, des sociétés comme Netflix, Hulu et de nombreuses autres préfèreraient que nous ne possédions plus rien. « Les médias sont faits pour être consommés en streaming ! » crient-ils. Nous sommes censés payer pour le droit d’accéder aux fichiers, non pour les fichiers eux-mêmes. Wikipédia ne vous montre que la version la plus récente d’un article donné, non l’historique entier des révisions. Instagram ne propose aucune solution facile pour télécharger vos photos, seulement des manières de les partager aisément.

Peut-être Internet, avec son vaste répertoire de pages innombrables, fouillis perpétuel de liens, articles et tweets en désordre, est-il un handicap. Peut-être la nouvelle génération de créations et d’innovations, tout ce que nous promet cette nouvelle connectivité sociale, n’est-elle que l’ombre de ce qu’elle aurait pu être sans ce foisonnement de contributions. Peut-être un blog n’avait-il jamais été pensé pour faire l’historique de la vie de l’auteur, mais avait au contraire été imaginé comme une extension éphémère de ce qu’est l’auteur à un moment donné.

Ce n’est pas parce qu’on peut faire quelque chose qu’il faut absolument le faire.

J’ai choisi de dresser ici une liste de tout ce que je (et vous) peux faire pour apprendre à jeter. La solution passe par deux principes tout simples :

– effacer ce dont vous n’avez pas besoin;

– réorganiser ce qui reste en créant des dossiers bien étiquetés pour pouvoir vous y retrouver facilement à l’avenir.

  • Sur votre ordinateur

Débarrassez-vous des applis que vous n’utilisez pas. Je vise surtout ici les versions d’essai de celles que vous n’avez pas l’intention d’acheter (j’ai beaucoup de mal à respecter cette règle).

Ouvrez un compte payant chez Dropbox. Transférez-y tous les fichiers de votre ordinateur et de vos autres appareils (téléphone, tablette, netbook, etc.). Pourquoi tout mettre sur Dropbox ? Pour créer une sorte de « taxe sur le fatras », c’est-à-dire devoir payer de l’argent pour tout cet espace de stockage que vous utilisez, ce qui devrait vous inciter à le réduire au plus vite. Effacez toutes votre musique, toutes vos photos et tous vos documents de votre disque dur une fois ceux-ci transférés sur votre compte.

  • Sur votre espace de stockage en mode cloud

Avant de synchroniser votre compte Dropbox avec votre ordinateur, organisez-le et effacez tous les vieux fichiers inutiles. Deux de mes dossiers me viennent à l’esprit tout de suite : celui intitulé « BORDEL », dans lequel je mets tous les fichiers qui traînent sur le bureau quand je veux le nettoyer, et celui intitulé  « CV « , qui contient tous les CV et lettres de motivation que j’ai pu écrire depuis la fin de mes études (il y a cinq ans).

Effacez la musique, les photos, les livres, les PDF que vous êtes sûr de ne jamais vouloir relire, réécouter ou regarder à nouveau. La photo de famille gâchée parce que vous aviez mis le doigt sur l’objectif, par exemple.

Transférez tous les fichiers en lecture seule (musique, photos, livres) sur un service comme Amazon Cloud Drive pour économiser des frais de stockage.

Essayez de passer à un compte gratuit sur Dropbox. À l’heure actuelle, je paye 10 dollars pour 50 gigas de stockage, desquels j’utilise un peu plus de la moitié. Pourtant, le nombre de documents sur Dropbox que je consulte régulièrement à l’heure actuelle tourne autour de 10.

  • Sur votre téléphone ou tablette

Transférez fichiers, livres et musique sur Dropbox.

Effacez les vieilles applis que vous n’utilisez plus.

Effacez vieux textos, messages vocaux et journal d’appels.

Effacez les numéros des gens avec qui vous n’êtes plus en contact.

Réévaluez votre forfait. Avez-vous vraiment besoin d’un forfait 3G sur votre tablette ? D’un forfait SMS illimités sur votre téléphone ?

  • Sur votre télévision

Effacez certaines séries de votre disque dur DVR. J’ai déjà vu tous les épisodes de Dr. House et toutes les saisons de The Office. Je n’ai jamais regardé Southland.

Réévaluez votre abonnement au câble, Canal+ et autres. Est-ce que vous les regardez vraiment ? La télé-poubelle est sans aucun doute la plus grosse perte de temps inutile qui m’ait jamais empêchée de créer par le passé. (Si cela vous intéresse, j’ai fait l’essai de passer sept mois sans télévision.)

  • Sur vos comptes de médias sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+, etc.)

Choisissez en trois à cinq que vous voulez maintenir actifs. Laissez vos autres profils sur le Net sombrer peu à peu dans l’oubli ou, mieux encore, effacez-les. Il est hautement probable que nombre de vos amis sur Facebook le soient également sur Twitter ou LinkedIn. Vous n’avez pas besoin d’être présent partout.

Débarrassez-vous sans pitié des contacts que vous ne reconnaissez pas, n’aimez pas particulièrement ou à qui vous ne parlez pas. Je me suis imposé une nouvelle règle sur Twitter : ne pas suivre plus de 200 personnes. J’ai pour ambition de réduire ce nombre à 100 dans les six prochains mois.

Débarrassez-vous des groupes qui ne vous intéressent plus. De la même manière qu’essayer de plaire à tout le monde conduit à ne plaire à personne, cliquer « J’aime » à propos de tout et n’importe quoi revient à dire qu’au fond, vous n’aimez rien. Choisissez « d’aimer » les choses qui vous intéressent vraiment.

Mettez à jour votre profil. Si vous êtes comme moi, cela fait des mois, voire des années, que vous ne l’avez pas fait. Effacez les citations de vos années d’étudiant et mettez à jour votre CV.

  • Sur votre blog

Refaites votre site tout entier en suivant cette fois-ci une conception minimaliste. Recommencez à zéro. Revenez à l’essentiel, quelques couleurs suffisent. Votre nouveau site ne doit reprendre de l’ancien que les éléments indispensables.

Supprimez les plug-ins et autres add-ons qui n’ont pas une fonction bien définie.

Effacez vos anciens articles qui :

– ne reflètent pas votre opinion actuelle ;

– s’éloignent trop du sujet principal de votre blog ;

– n’apportent aucune valeur ajoutée à votre site ;

– donnent l’impression d’avoir été écrits à la va-vite.

Si vous faites comme moi partie de ceux qui préfèrent avoir des liens qui marchent plutôt que de rediriger le lecteur vers une page 404, remplacez ces articles que vous avez effacés par un court message qui en donne la raison ou explique au lecteur où il peut trouver davantage d’informations sur ce sujet.

Transférez tous vos brouillons sur un fichier qui servira de pot-pourri d’idées sur Google Docs ou Evernote (tous deux entièrement gratuits). Relisez ce fichier en éliminant au fur et à mesure tout ce qui ne pourra pas vraiment servir pour un article.

Cette liste est courte et j’ai sans doute oublié pas mal de choses. N’hésitez surtout pas à la compléter et à la republier, si le cœur vous en dit.»

Retrouvez le blog de Monica O’Brien ici

Plus d’info sur le livre de Monica Pollinisation Sociale, Les médias sociaux au service de votre entreprise, paru dans la collection Médias Sociaux chez Diateino , une collection dirigée par Jean-Noël Chaintreuil.

La page Facebook du livre est .

 

Partager :
Tags : Un commentaire

1 commentaire(s)

  1. Ping : bookmarks 08/16/2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *