Comment trouver la carrière de ses rêves ?

Évidemment, c’est la question numéro 1. Cette question concerne bien sûr les femmes qui ne travaillent pas encore, mais aussi celles qui se tuent à la tâche pour un boulot qu’elles détestent, ou même celles qui sont plutôt satisfaites mais qui ne peuvent s’empêcher de se demander si elles ne pourraient pas espérer ne serait-ce qu’un petit peu plus de peps dans leur vie professionnelle. Il y a des femmes qui passent leur vie à chercher et qui ne trouvent jamais la carrière dont elles rêvent. Certaines tombent raides dingues amoureuses de leur boulot, et y consacrent leur vie. Et d’autres, enfin, enchaînent les jobs comme autant d’histoires d’amour sans lendemain. J’en suis venue à croire qu’en fait, comme dans les relations de couple, le fait d’aimer son travail est principalement lié à nos attentes : finalement, on a le conjoint (et la carrière) que l’on pense mériter. Alors bien sûr, il y a plusieurs manières de voir les choses. J’ai connu des femmes qui avaient besoin d’être vraiment passionnées par leur travail, et d’autres qui ne travaillaient que pour payer leurs factures : de 9 heures à 17 heures, puis apéro avec les copines, on oublie tout et l’on gagne juste assez d’argent pour s’autoriser un peu de shopping de temps à autre. Je me souviens du jour où j’ai annoncé à mes parents que je lâchais un poste à responsabilités, très bien payé, pour trouver vraiment ma voie. Loin d’eux l’idée de me freiner, mais, franchement, ils avaient du mal à partager mon enthousiasme. À une période où l’on aurait dû s’estimer heureux d’avoir un job, d’autant plus s’il était bien payé, pourquoi s’aventurer sur un chemin aussi chaotique ? Et l’année de ses trente ans de surcroît ! Pour beaucoup, c’était un peu tard pour changer d’avis, faire marche arrière, choisir une autre direction. Pour moi, c’était une question de survie… Car, à bien y regarder, le travail est loin d’être anodin, étant donné que l’on y passe pratiquement 70 % de notre temps éveillé. Et si ces 70 % se résument à « Mon Dieu que j’aimerais être en vacances », ou à compter les heures, autant dire que l’on passe à côté de quelque chose d’essentiel : le bonheur. Quel gâchis de ne pas utiliser son potentiel, de ne pas connaître la passion pour un travail qui vous fait grandir, évoluer et surtout… vous épanouir. Si vous n’avez toujours pas trouvé la profession de vos rêves, voilà quelques pistes pour vous aider…

Nicole Williams – Working Girls – 14,90 € – Traduction de Katia Chapoutier

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *