Retrouver un emploi : Mobilisez vos forces avec la sophrologie

L’article qui suit a été publié récemment dans la revue Septembre-Octobre 2012 de La revue des Arts et manufactures Centraliens par Chantal Baumgart, directrice associée chez Dirigeants & Partenaires, spécialisée dans l’accompagnement de personnes en recherche d’emploi  :

« Aujourd’hui une rupture de carrière peut arriver à tous, même aux meilleurs et perdre son emploi est malheureusement en France un fait de société. Quel homme ou quelle femme peut envisager cette hypothèse sans la redouter ?

Et qui ne se sentirait pas atteint dans cette situation  douloureuse,  perturbante et déstabilisante ?

La place du travail dans une vie :

Un emploi représente beaucoup, bien plus qu’un salaire. Celui qui le perd, perd non seulement des ressources matérielles mais aussi une « identité », un équilibre et un style de vie. Sa vie relationnelle et sociale s’en trouve modifiée ; son sentiment de sécurité, sa confiance en soi, son estime de soi en sont altérés.

S’il est vrai que le travail peut générer de la souffrance ou de l’aliénation, il apporte de la reconnaissance, il construit une identité, il procure un sentiment d’utilité. Travailler c’est mettre à l’épreuve sa capacité à penser, c’est se confronter à soi, c’est rencontrer l’autre puisque l’accomplissement social se réalise aussi par le travail. Le salarié établit des liens forts avec son entreprise pendant des mois, des années ; c’est une partie de lui-même qu’il y installe en quelque sorte, il s’y forme et s’y forge une image professionnelle.

Perdre son emploi entraîne alors toujours une déstabilisation, souvent profonde. Un sentiment d’injustice apparaît, accompagné d’émotions : tantôt la peur, tantôt la peine, tantôt la colère et bien souvent la honte qui va pousser à s’exclure.

Durant la période de transition qui suit un licenciement, le salarié doit surmonter un sentiment d’échec, et confronté à la question «  suis-je capable de retrouver un emploi ? » le doute s’insinue en lui et la confiance s’affaiblit. A cela s’ajoute la crainte de ne pas savoir comment s’y prendre pour rechercher un nouvel emploi, de manquer de méthode dans sa recherche et donc de perdre un temps précieux. Le temps s’allonge et le salarié mis à l’écart se ressent comme exclu.

Le mal-être physique

A  tout ce mal-être psychique vient s’ajouter un mal-être physique. Perdre son emploi fait partie des grands stress d’une vie de femme ou d’homme. Toute personne dans cette situation de crise présente un état de tension émotionnelle qui induit des répercussions physiologiques diverses et qui entame ses capacités,  lui rendant ainsi sa situation encore plus difficile. Son équilibre lui est plus nécessaire que jamais, il lui faut mobiliser toutes ses ressources pour s’adapter alors que des pensées négatives et des tensions corporelles l’assaillent ; or l’homme semble bien souvent oublier que c’est grâce à ce corps qui lui est propre et dans lequel son histoire est inscrite, qu’il est acteur de sa vie et qu’il doit compter avec lui et sur lui .

Le « Je pense donc je suis » de Descartes avait déjà consacré la suprématie de l’esprit sur le corps ; aujourd’hui, encore plus que par le passé du fait du développement des technologies numériques, des moyens de communication et de l’accélération du temps qui en découle, tout pousse à privilégier le mental au détriment du corps.

Or c’est d’abord dans le corps que la confiance en soi s’inscrit ; c’est avec tout son corps, par la parole, le regard, la voix, les gestes qu’on entre en relation avec autrui. Lorsqu’on se sent bien dans son corps, on se sent déjà plus droit : le redressement physique entre en résonance avec le redressement psychique. Se sentir bien dans son corps permet d’agir positivement sur sa communication avec les autres ; et on sait que bien communiquer est essentiel dans une recherche d’emploi, que la communication non verbale intervient pour beaucoup dans la réussite d’un entretien. Pendant les entretiens, qui sont nombreux et intenses durant cette période, il importe de pouvoir communiquer avec aisance, être dans l’empathie, se sentir concerné et non visé, se centrer sur l’objectif, et pour ce faire, être en pleine possession de tous ses moyens.

 Que faire ?

Que faire pour vivre et dépasser le mieux possible cette épreuve difficile et douloureuse ? Nous ne sommes pas tous égaux devant cette situation. Certains vont être en grande difficulté matérielle, d’autres moins. Certains vont être réactifs, efficaces, réalistes et rester positifs, tandis que d’autres auront plus de mal à faire face et peu bénéficieront de l’accompagnement personnalisé d’un professionnel de la recherche d’emploi. Pourtant le temps presse et il faut se mettre à la recherche d’un nouveau poste. Comment affronter cette situation nouvelle et souvent inattendue pour bon nombre ? Il est nécessaire de commencer par accepter le changement, de le prendre comme une opportunité de développement personnel et de se mettre en recherche avec méthode et implication. Une recherche d’emploi bien menée comprend à la fois un travail d’analyse de l’expérience professionnelle, de définition du  projet professionnel et un travail sur la communication écrite et orale; à cela doit s’ajouter dans la durée une disposition mentale positive, constructive et dynamique.

Pourquoi la sophrologie ?

La sophrologie ou « étude de la conscience en harmonie », s’adresse, à l’être dans son unité, corps et esprit, pour le mettre en position d’acteur de son propre changement dans le but de mieux vivre. Elle a pour objectif le développement de l’épanouissement personnel et de la confiance en soi pour permettre à chacun de se découvrir, de s’épanouir et d’aller vers plus d’autonomie et de liberté. La sophrologie est reconnue pour être, notamment, une méthode efficace de préparation aux compétitions, aux examens, aux interventions médicales et aux épreuves de la vie d’une manière générale.

 Par des techniques simples et accessibles à tous, elle vise à recouvrer l’unité du corps et de l’esprit  et à développer  l’envie de construire son futur. Elle permet de reprendre  confiance en soi, de prendre du recul vis-à-vis du passé, de se projeter dans la réussite et d’agir. A ces titres un entraînement sophrologique, bien sûr associé à un travail sur l’expérience et le projet professionnels, sur le plan d’action, constitue  une aide précieuse  pour  ceux qui sont en recherche d’emploi. »

Chantal Baumgart propose dans son livre Le Parcours gagnant pour retrouver un emploi une méthode en 4 étapes pour accompagner le lecteur, lui redonner l’énergie et la confiance nécessaires pour se lancer dans cette démarche, et se projeter dans la réussite. Chaque étape comporte des exercices sophrologiques. Vous y trouverez une méthode simple et efficace, avec des conseils pour éclairer la réflexion professionnelle, et un entraînement sophrologique pour retrouver confiance en soi, et vous projeter dans la réussite.

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *