L’Australienne la plus riche est l’héritière de la mine Hancock

« Je suggère aux pauvres de se stériliser pour éviter que les basses classes ne se multiplient ». Les propos récents de Gina Rinehart, empruntés aux idées malthusiennes, ont choqué la terre entière. Il n’empêche que cette truculente Australienne obèse de 59 ans a eu la chance de naître avec une cuillère en argent dans la bouche. 17 milliards de dollars lui appartiennent. Selon le magazine économique new-yorkais Forbes, c’est l’estimation de son portefeuille restant, après la baisse vertigineuse du cours du minerai de fer cette année. Née à Perth et résidant toujours dans cette ville, cette multimilliardaire de 59 ans arrive 5e au dernier classement (avril 2013) des femmes les plus riches du monde du magazine Forbes.

Première fortune féminine de l’Ile-continent, surnommée « La princesse de Pilbarra », Gina, comme l’appellent ses proches, est donc cette femme d’affaires, fille unique et héritière du plus grand gisement de minerai de fer au monde. La mine Hancock provient du nom de son père, Lang Hancok, qui l’a découverte en 1952, lors d’un voyage en avion. De presque nulles en 1950, les réserves de minerai de fer australiennes ont dépassé le cap des 20 milliards de tonnes en 1960. Aujourd’hui, Gina continue de réveiller les ressources de son exploitation Hancock Prospecting Pty en y engageant de multiples projets.

La ruée vers l’or a un prix

Or, charbon, cobalt, cuivre, diamant, fer, plomb, nickel, argent, talc, uranium, zinc… La liste des mines en Australie est faramineuse, autant que le nombre d’intéressés et d’envieux qu’elle attire. La compétition est rude pour y rentrer. Géologues, techniciens, ingénieurs, ouvriers et cuisiniers sont recherchés et les salaires vont de 200 $ la journée à des sommes exorbitantes. Généralement, les mineurs travaillent deux à trois semaines d’affilée à un rythme effréné, suivies de deux semaines de repos… On n’a rien sans rien, ce n’est pas Gina Rinehart qui me contredira. « Si vous êtes jaloux de ceux qui ont plus d’argent que vous, ne restez pas assis à vous plaindre, a-t-elle déclaré à la presse l’an dernier. Faites quelque chose pour gagner davantage – passez moins de temps à boire, à fumer et à vous socialiser, travaillez plus. » Gloups.

Pour plus de renseignements sur la mine Hancock :  http://www.hancockprospecting.com.au/go/current-projects/roy-hill

Lilly Thomann, journaliste depuis 2009, titulaire d’une maîtrise en sciences économiques spécialité économétrie, étudiante à l’université Murdoch de Perth.

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *