Les lundis Y : Et si le changement était une opportunité de croissance et de transformation des pratiques managériales ?

La crise économique de 2008 a bon dos et sert d’excuse à de nombreuses politiques d’austérité au sein des entreprises. Licenciements, gel des embauches et des salaires, autant de mesures protectionnistes à la faveur de la récession… Et si l’on considérait les choses un peu différemment ? Et si la période que nous traversons n’était pas une période de crise mais une période de mutation en profondeur de l’économie mondiale ?

Prenons à titre d’exemple comparatif les transformations économiques qu’a connu l’Europe lors de l’introduction de l’imprimerie au XVe siècle. En raison de cette révolution technologique de nombreux copistes (ainsi que les professionnels liés à ce secteur d’activité tels que les enlumineurs ou encore les miniaturistes) ont perdu leur emploi et l’Europe a connu une période de remous économiques le temps de s’ajuster. Ne fallait-il pas pourtant en passer par là pour que le monde entier connaisse les gains innombrables engendrés par cette invention ? Diffusion du savoir facilitée, démocratisation de l’accès au savoir, création d’emplois dans de nombreux domaines d’activité, etc. ?

La période que nous connaissons est semblable à celle qu’a connu l’Europe de l’imprimerie au XVe siècle. Seules les entreprises qui sauront s’adapter sortiront victorieuses de ces bouleversements économiques et sociétaux.

Le livre de Robert Papin, Le Nouveau manager, Gérer le changement, propose précisément une solution à la fois très humaine et riche de bon sens pour non seulement accompagner le changement mais également en tirer profit. C’est la capacité même du dirigeant ou des cadres dirigeants à définir la stratégie de l’entreprise, à mobiliser ses collaborateurs et à optimiser le pilotage financier de son entreprise qui permettra à l’entreprise de traverser cette période de mutation sans heurt et même en se développant. 

Étant peut-être plus sensible, en raison de mon expérience professionnelle, aux questions humaines qu’aux questions stratégiques et financières, j’aimerais me pencher quelques instants sur les solutions que propose Robert Papin en matière de motivation des collaborateurs. Il s’agit non plus d’imposer sa volonté à ses collaborateurs mais de trouver des défis qui correspondent à leurs propres ambitions. De même, il s’agit également de permettre aux collaborateurs d’être de véritables managers-entrepreneurs – notamment par le biais d’une gestion par projet – afin que ces derniers s’approprient les projets et deviennent pleinement acteurs du changement. Ainsi, c’est toute l’entreprise qui s’adaptera naturellement et spontanément au changement. 

Loin d’être une menace, le changement peut être une source de créativité et de renouvellement d’une richesse sans limite pour peu que le dirigeant soit capable de modifier ses pratiques managériales tant sur un niveau stratégique que financier ou surtout humain.

 Angélique

Partager :
Tags : 3 commentaires

3 commentaire(s)

  1. Merci pour le partage de ce livre. Je suis fondamentalement d’accord avec vous : il faut s’adapter au changement et transformer la menace qu’il pose en créativité et en renouvellement de l’horizon de travail !

    • Angelique Walter

      Merci, Fabrice, pour votre commentaire.
      Oui, le changement est un phénomème positif qui nous pousse à nous réinventer constamment.
      Et je trouve que les pistes que propose Robert Papin sont à la fois très judicieuses et très stimulantes.
      A bientôt,
      Angélique

  2. BB

    Pour une fois, la réflexion n’est pas restreinte au seul constat. Les nouveaux horizons demandent de nouvelles attitudes managériales en trouvant l’énergie là où elle réside vraiment : dans l’humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *