L’entrepreneuriat social étudiant a ses concours


Faso Soap récompensé en 2013 - source : GSVC-ESSEC

Il n’y a pas d’âge pour entreprendre, vous avez pu vous en rendre compte sur ce même blog en suivant Les Lundis Y…  Néanmoins, bénéficier du soutien et de l’accompagnement de ses aînés peut bien souvent faire la différence entre un projet qui émerge et un autre qui reste au stade de la belle idée.

Repérer et accompagner les projets étudiants porteurs d’une véritable innovation sociale et/ou environnementale, c’est la mission des CESE, les concours de l’entrepreneuriat social étudiant. Le 14 octobre dernier, le coup d’envoi de l’édition 2014 de ces compétitions hautement stimulantes fut donné dans les locaux de la Fondation Deloitte : une soirée entièrement consacrée à des initiatives intelligentes et positives, voilà qui a de quoi rendre optimiste.

Mais que sont donc ces CESE ? (aucun rapport avec le conseil économique et social… bien qu’il s’agisse d’économie, de social, et de conseils !)

Le premier de ces concours, la GSVC (Global Social Venture Competition), est l’unique compétition internationale de Business Plans sociaux, à destination des étudiants ou jeunes diplômés. Créée en 1999 par des étudiants de l’Université de Berkeley, elle offre 20 000$ au vainqueur, mais surtout permet aux compétiteurs de rencontrer en route de nombreux professionnels et investisseurs, et d’offrir à leurs idées une visibilité internationale. Et ce bénéfice-là est valable pour tous, car le simple fait de soumettre son « business case » à un jury permet déjà d’obtenir de précieux conseils et avis.

Depuis six ans déjà, l’ESSEC et son Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social se chargent de l’organisation de la compétition pour la zone francophone. A l’issue d’une journée de pré-sélection, les 10 projets les plus prometteurs sont désignés, et bénéficieront d’un séminaire de formation et d’un coaching personnalisé, grâce à 33 mentors étudiants et experts seniors, et d’un réseau d’experts techniques. Les meilleurs participent à la finale à Berkeley… parfois avec succès ! En 2013, c’est un projet francophone (burkinabé), Faso Soap, un savon conçu spécialement pour la prévention du paludisme, qui a remporté le concours international, cumulant prix du jury et prix de l’impact social.

Toutefois, parmi les nombreux projets soumis à l’appréciation du jury, certains sont très intéressants, mais trop strictement locaux pour avoir une chance d’emporter le morceau en Californie : d’où la création d’un second concours, le Concours ESSEC, spécialement destiné à ces projets n’ayant pas vocation à être développés à l’échelle mondiale.

Quels seront les projets en lice pour l’édition 2014 ? Si vous êtes curieux de les découvrir et de jouer un rôle actif dans la sélection, laissez-vous tenter par l’expérience d’être juré… ou mentor !

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *