Le Bon Coin : les raisons du succès

Lors du Ouishare Talk de mardi 11 mars, Olivier Aizac, co-fondateur du site Le Bon Coin, revenait sur la success story de ce site modèle pour tout l’univers de la consommation collaborative en France, mais aussi plus généralement pour les entrepreneurs du web.

Source : lentreprise.lexpress.fr

Ce qui était au début perçu comme un business de crise est devenu la première machine à recycler de France. En 8 ans, les effectifs sont passés de 2 à plus de 200 personnes. Premier site immobilier de France, avec deux fois et demi l’audience de SeLoger.com, premier site automobile, acteur majeur de l’emploi, du textile (plus d’un million d’annonces de vente de vêtements), de l’ameublement (1 million d’annonces), et de l’hébergement publicitaire, le site gère au total plus de 23 millions d’annonces, 500 000 arrivant sur le site chaque jour.

Revenant sur les raisons d’un tel succès, Olivier Aizac cita 3 convictions fortes l’ayant guidé depuis le début de cette aventure :

–  En 2006, Internet était en phase de démocratisation, avec le passage du modem au Haut Débit. Qui dit grand public, dit besoin d’une interface extrêmement simple, d’« un outil populaire, accessible à tous ».

– Le site était gratuit à l’origine, car il arrivait parmi de nombreux concurrents ayant déjà pignon sur rue. L’idée était de rendre le service payant une fois sa popularité assurée. Finalement, il est resté gratuit car la dynamique de développement s’est avérée beaucoup plus forte que ce qu’ils avaient anticipé. En revanche, ils ont imaginé de nouvelles lignes de revenus sur des usages auxquels ils n’avaient pas pensé.

En cela, Le Bon Coin est un exemple de « développement par la clientèle ». Comme le fit remarquer Olivier Aizac, tout le contenu du site vient des clients, ce qui est une des forces de la consommation collaborative. Les internautes s’en sont emparés pour des usages que les créateurs du site n’avaient pas anticipés : ainsi, Le Bon Coin est devenu la première bourse d’échange de foin entre éleveurs !

–  Enfin, à l’inverse d’Ebay qui proposait d’acheter dans le monde entier, Le Bon Coin s’est construit sur la proximité, avec pour modèle le petit papier sur la caisse de la boulangerie d’en face. Là où le site d’enchères en ligne propose des outils déresponsabilisants (paiement sécurisé ou notations), le site d’annonces invite chacun à aller sonner chez son voisin, la rencontre réelle devenant la meilleure garantie.

Le Bon Coin est un média de rencontre, témoin du glissement de la société du jetable vers une consommation raisonnée et plus solidaire. Brassant des objets déréférencés ou uniques, il ajoute à la valeur d’usage de ceux-ci une valeur affective. Au-delà de l’acte d’achat, se joue un lien par l’objet, jusqu’à des comportements économiquement illogiques (« je vous le vends à vous parce que vous m’êtes sympathique ».

Entre « faire plus avec moins », « penser et agir de manière flexible », « viser la simplicité » et « intégrer les marges et les exclus » (quoi de plus inclusif que Le Bon Coin ou Craigslist ?), le site est une belle mise en application des principes de l’innovation Jugaad. Pour citer Olivier Aizac : « Nous n’avons pas réinventé la roue, nous sommes restés sur des principes simples ».

A lire sur le même sujet :

O-Drum ou comment innover avec de l’ancien

La consommation collaborative, c’est « Jugaad » !

Partager :
Tags : 6 commentaires

6 commentaire(s)

  1. Bonjour

    Oui, belle success story que celle du Bon Coin. Je vis au Mexique et la version mexicaine (Segunda Mano) rencontre également un franc succès. Malheureusement, dans les deux cas, ils ne proposent aucune plateforme de paiement, rien du tout, laissant donc libre court à tout type d’arnaque de type paypal (argent jamaisa reçu pour un vendeur, ou colis jamais reçu pour un acheteur).

    C’est assez frustrant et je pense qu’un jour les gens vont se tourner vers d’autres plateformes qui proposent des paiements sécurisés.

    Nicolas.

    • Anais Bon

      Pas sûr ! Je pense au contraire que l’absence de plateforme de paiement en ligne est une des forces du site. La plupart des gens se rencontrent pour effectuer les transactions et paient de la main à la main.

      • Bonjour

        C’est vrai, vous avez raison, il me semble que l’une des idées de base du Bon Coin était de rapprocher les gens et de proposer des transactions locales. D’ailleurs leur page d’accueil est classée par Région, ce qui est rare sur ce type de page. Ceci dit, je ne peux m’empêcher de penser qu’ils pourraient proposer un paiement en ligne, puisque maintenant le site est étendu et c’est courant d’acheter/vendre à quelqu’un à l’autre bout du pays!

        Merci en tout cas pour votre article, très instructif!

        Nicolas

  2. Bonjour !
    ca pourrait enclencher facilement des débats sur certains articles dans votre site !
    ^^

  3. Ils ont surtout réussi à répondre à un besoin et proposer un service simple à utiliser ce qui est judicieux au final. Manque plus qu’à revoir le design du site mais ça c’est secondaire…

Répondre à GuillaumeGirard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *