Vineet Nayar invite à « créer la magie »

Dans Les employés d’abord, les clients ensuite, Vineet Nayar appelait à renverser les habitudes du management en mettant la direction au service des employés les plus proches des clients : une stratégie porteuse à la fois de valeur sociale et de succès. Cette démarche, qu’il a expérimentée dans son entreprise, la multinationale indienne HCLT, est pour Bertrand Collomb “une expérience passionnante, audacieuse mais pragmatique, et sanctionnée par la réussite”.

Aujourd’hui, Vineet Nayar a quitté la direction d’HCLT et se consacre entièrement à la Fondation Sampark, qu’il a créée en 2004 avec son épouse. L’entrepreneuriat social est un champ d’expériences, où son exigence de sens et son attention à l’humain trouvent plus que jamais à s’exprimer, et où il apporte la vision et le dynamisme d’un leader qui ne craint pas de bousculer les règles établies.

Par la Fondation Sampark, il a l’ambition d’entraîner un changement social à grande échelle en appliquant des idées frugales et innovantes. Sa priorité du moment : promouvoir l’entrepreneuriat social dans l’Inde rurale. A 52 ans, il a encore de belles années devant lui mais préfère ne plus tenir les rênes lui-même. Se voyant plus comme un catalyseur qu’un exécutant, il souhaite donner à des jeunes de son pays les moyens d’entreprendre des projets riches de sens.

Lui qui avait mis en pratique dans une entreprise « classique » des valeurs proches de l’entrepreneuriat social applique à présent à ce dernier des exigences de l’entreprise classique : l’innovation de rupture et la rentabilité.

Dans un article paru le 7 mai dans le Times of India, il souligne l’importance de cette dernière y compris dans le champ social. Pour s’assurer que les entrepreneurs sociaux mettent toute leur énergie dans les projets, il leur garantit un retour sur investissement de 8-9% minimum pour les 5 premières années.

Parmi les derniers projets de la fondation, “Mothers Fresh” vise à connecter deux communautés : des jeunes mères empreintes de conscience sociale d’un côté, et des femmes cultivant des parcelles bio dans des zones arides d’Inde centrale de l’autre, les premières consommant la production des secondes. Ce système, proche de la philosophie des AMAP ou des Ruches, s’appuiera sur une plateforme de e-commerce développée par de jeunes entrepreneurs.

Qu’il s’agisse de développer des pratiques d’irrigation ingénieuses dans le Tamil Nadu ou de s’appuyer sur le jeu et le folklore pour améliorer l’éducation des enfants du Pendjab, la fondation cherche toujours à apporter des réponses créatives aux problèmes sociaux, et à faire évoluer les mentalités.

Pour Vineet Nayar, c’est en sortant du champ de ce qui se fait déjà que l’on crée de réelles possibilités. C’est ce qu’il appelle « créer la magie » : « C’est hors des limites de la logique et de la raison que l’on crée la magie. C’est presque de magie que le monde a besoin pour répondre aux problèmes sociaux qui touchent des millions de personnes. Il faut que de plus en plus de gens innovent et testent des idées qui puissent faire des miracles : notre but est de donner à des gens comme vous l’inspiration de penser, d’agir et de prendre les choses en main pour créer cette magie. », livre-t-il au Times of India.

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *