Les Lundis Y : Arrêtons de glorifier le fait d’être occupé

Photo d'Alexandra Cameron

Nous avions déjà parlé d’Arianna Huffington dans l’un de nos précédents billets. J’espère d’ailleurs que vous avez pu appliquer et adopter ses conseils pour réussir sans vous épuiser.

L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle étant un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur, j’aimerais aujourd’hui partager un excellent résumé en 10 points que Guy Kawasaki a réalisé à propos du livre d’Arianna. Vous trouverez par ailleurs ici la présentation SlideShare qui illustre son article :

« 1. Revoyez votre définition du succès. Vous ne gagnerez aucun prix pour avoir travaillé le plus d’heures possible ou pour avoir gagné le plus d’argent possible dans la semaine. À la fin de notre vie, nous retournerons tous à la poussière, donc la question est plutôt de savoir si nous avons apporté de la joie aux autres et si nous avons contribué à rendre le monde meilleur.

2. Évitez le burn-out. Le burn-out, le stress et la dépression sont des problèmes présents partout dans le monde. Cela ne touche pas seulement les Américains mais aussi les employés d’Allemagne, du Royaume-Uni, de Chine et du reste du monde. Travailler plus dur ne signifie pas avoir de meilleurs résultats – en fait, cela peut conduire à l’effet inverse.

3. Nourrissez votre bien-être. Prenez du temps pour vous afin de vous consacrer à des exercices, à la médiation, à la musique, aux arts et à votre famille – cela n’est pas de l’égoïsme mais simplement du bon sens. Mon échapatoire est le hockey. J’en fais quatre à cinq fois par semaine. Je fais aussi du vélo d’appartement et je fais du yoga quatre fois par semaine. Et je ne suis pas certain que tout cela soit assez !

4. Dormez plus pour être plus efficace. Dormez plus. Ne pas dormir assez entraîne des risques sanitaires et des niveaux de stress plus élévés. Chaque élèment de votre vie peut être améliorer en dormant plus. Mea culpa : c’est un point que je dois améliorer car je dors seulement 6 heures par nuit.

5. Faites une cure de détox digitale. On voit tous ces gens au restaurant rivés sur leurs écrans plutôt que de regarder la personne en face. Depuis combien de temps n’avez-vous pas éteint votre portable et que vous vous êtes concentré à 100 % sur la personne qui est avec vous ? Mettez-vous au défi d’éteindre votre téléphone quand vous êtes avec des personnes qui vous sont chères. Vos emails seront là quand vous allumerez à nouveau votre téléphone.

6. Continuez à apprendre. Nous avons appris beaucoup de leçons de nos parents, relations, époux/épouse et de nos enfants. Nous n’avons peut-être pas apprécié ou compris les leçons que nos parents nous ont données mais elles peuvent peut-être nous aider aujourd’hui à faire face aux difficultés que nous pouvons rencontrer. L’apprentissage ne devrait pas s’arrêter quand on quitte l’école – au contraire, c’est là qu’il débute vraiment.

7. Écoutez votre voix intérieure. Avez-vous déjà eu une intuition à propos de quelque chose pour l’ignorer et vous rendre compte après que vous auriez dû la suivre ? Cela nous est arrivé à tous au moins une fois. La prochaine fois que cela vous arrivera, écoutez votre intuition et soyez à l’écoute du cheminement de vos pensées.

8. Comportez-vous comme un enfant. Passez du temps avec vos enfants ou vos petits-enfants pour voir la vie à travers leurs yeux, par exemple dans un musée ou dans une galerie d’art. Allez visitez l’une des destinations que vous avez toujours rêvé de découvrir. Toutes vos actions ne doivent pas être dirigées vers un seul but : gagner de l’argent ou du pouvoir.

9. Trouvez des moments de solitude. La méditation aide à réduire notre stress et à être à l’écoute de notre voix intérieure. Si vous n’aimez pas être seul avec vous-même comment pouvez-vous attendre des autres qu’ils aiment vous fréquenter ? La plupart de mes meilleures idées me viennent quand je suis en train de conduire tout seul. J’ai souvent pensé que ma créativité avait décliné parce que je ne conduisais plus autant.

10. Partagez avec votre communauté. Être quelqu’un de charitable et aider les autres peut résoudre de nombreux problèmes dans la société. Trouvez un moyen de partager vos talents ou de passer du temps dans un foyer, dans une maison de retraite ou à l’école de vos enfants. »

Partager :
Tags : 2 commentaires

2 commentaire(s)

  1. Bonjour,
    En un seul article, vous avez synthétisé tout (et un peu plus) ce que les sophrologues essayent d’apporter au monde de l’entreprise.
    Nous vivons actuellement dans un système qui autogénère un stress, tant dans l’approche managériale qu’économique. Les temps sont difficiles et nous ajoutons du stress au stress.
    Revoir notre vision du management est une chose, permettre aux collaborateurs de devenir acteurs de leur bien-être en les aidant à adopter une vision différente de leur rapport au travail en est une autre qui n’est pas moins difficile. Je vous propose une série d’articles très pratiques sur cette mise en œuvre (http://bit.ly/entrepriseY) et vous invite à faire un détour par notre dossier sur le bien-être en entreprise.

    • Angelique Walter

      Bonjour,
      Merci infiniment pour votre commentaire et d’avoir partagé vos articles.
      Il est vrai que la culture managériale française – et occidentale de manière plus générale – génère beaucoup de stress. Ce que Arianna Huffington propose dans son livre est très intéressant dans la mesure où elle met en avant un système de valeurs antinomique des valeurs qui guident encore notre économie : productivité, efficacité, sacrifice, etc. En effet, nous ne sommes que très rarement – voire jamais – invités à nous comporter comme un enfant ou à écouter notre voix intérieure pour ne citer que ces deux points…
      Le bien-être au travail est une question récente. Mais à quel prix ! Il a fallu de nombreux suicides ou cas de burn out pour que les dirigeants et managers commencent à s’y intéresser… Et souvent de manière très superficielle ou pour afficher une image responsable car, dans les faits, on est loin de changements radicaux…
      Permettre aux collaborateurs de devenir acteurs de leur bien-être en les aidant à adopter une vision différente de leur rapport au travail, pour vous citer, est certainement la meilleure solution pour changer les choses si le changement ne vient pas d’en-haut.
      Bonne journée,
      Angélique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *