Les Lundis Y : les conseils de Guy Kawasaki pour choisir son associé

On peut choisir de créer son entreprise tout(e) seul(e) mais on peut aussi la créer à plusieurs afin de partager les risques et rendre l’aventure collective. Mais comment trouver le bon(s) partenaire(s) ? Voici les conseils de Guy Kawasaki en la matière.

Les gens adorent l’idée de l’innovateur isolé, mais cette idée est fausse. Les entreprises qui ont eu du succès comptent généralement au moins deux personnes : le yin et le yang, le développeur et le commercial, le rêveur et le pragmatique, etc. Car même si l’on retiendra une personne en particulier comme étant celle qui aura innové, il faut être à plusieurs pour diriger une entreprise qui a du succès.

Et comme l’a dit très bien le co-fondateur de CD Baby : « Le premier follower est ce qui transforme le fou solitaire en leader. »

Dans certains cas, le premier follower est le premier client mais dans la plupart des cas, le premier follower est le deuxième employé de l’entreprise, c’est-à-dire son co-fondateur.

Les co-fondateurs d’une entreprise doivent avoir à la fois des ressemblances et des différences pour réussir. Et voici, dans un premier temps, ce en quoi ils doivent se rejoindre :

Vision : Même si c’est une expression dévoyée, les fondateurs de l’entreprises doivent partager la même intuition sur l’évolution de leur start-up et du marché. Par exemple, si l’un des deux fondateurs pensent que les ordinateurs resteront des outils exclusivement réservés aux grandes entreprises et l’autre fondateur pense qu’ils se démocratiseront, ils n’ont rien à faire ensemble.

Taille : Tout le monde ne veut pas construire un empire. Et tout le monde ne veut pas d’un petit commerce. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise attente quant à la taille, il y a juste des attentes qui s’accordent et d’autres qui ne s’accordent pas. Cela ne signifie pas que les fondateurs savent ce qu’ils souhaitent exactement dès le début mais c’est au moins nécessaire qu’ils soient sur la même longueur d’ondes.

Engagement : les fondateurs doivent avoir le même niveau d’engagement. Qu’est-ce qui est le plus important ? La start-up ? La famille ? L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle ? C’est difficile de faire fonctionner une entreprise quand les associés n’ont pas les mêmes priorités. Si l’un des associés veut créer une entreprise à succès qui sera vendue dans les 2 ans et l’autre une entreprise pérenne qui durera plusieurs décennies, il faut se poser des questions. Idéalement, les 2 fondateurs devraient avoir la même vision pour les 10 années à venir.

Et voici maintenant ce en quoi ils doivent être différents :

Expertise : Au minimum, une entreprise doit avoir une personne pour fabriquer le produit (Steve Wozniak) et une pour le vendre (Steve Jobs). Les fondateurs doivent être complémentaires pour emmener leur entreprise vers le succès.

Orientation : Certaines personnes se focalisent sur les détails et d’autres sur les choses de manière globale. Il faut que ces 2 types de personnalités sont présents dans une start-up si vous voulez qu’elle ait du succès.

Perspective : Plus il y a de perspectives le mieux s’est. Vieux versus jeune, riche et pauvre, homme versus femme, urbain versus campagnard, ingénieur versus commercial, musulman versus chrétien, hétéro versus gay, Android vers iOS, Macintosh versus Windows.

Choisir un co-fondateur est risqué parce que la procédure pour s’en séparer est longue. C’est un peu la même chose quand on choisit un(e) époux(se) – il faut prendre en considération la possibilité d’un divorce. Voici quelques conseils à garder à l’esprit.

Ne vous dépêchez pas. Vous allez peut-être devoir travailler avec vos associés pour des décennies entières alors choisissez les comme un(e) époux(se) – en admettant que vous n’êtes pas déjà divorcés 5 fois ! Comme dans le mariage, c’est mieux de se marier trop tard que trop tôt. Prenez votre temps car la rupture est difficile.

N’ajoutez pas des associés pour accroître votre capital. Vous ne devez faire entrer des nouveaux associés que pour rendre votre start-up plus forte. Demandez-vous : « Est-ce que j’embaucherais cette personne si je n’avais pas besoin de fonds ? Si la réponse est non, vous seriez fou de l’embaucher.

Espérez le meilleur, mais préparez-vous pour le pire. Les équipes fondatrices se séparent tout le temps. Votre start-up sera peut-être l’exception mais en attendant assurez que personne ne puisse partir rapidement en conservant un grand nombre de parts. C’est l’équivalent d’un contrat pré-nuptial.

Alors ? Prêt à choisir votre associé ?

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *