Peuplade : un réseau social pour votre quartier

Et si internet pouvait nous redonner le goût de la vie de quartier ? C’est le pari de Grégoire Even, qui a repris en main Peuplade, un réseau social créé en 2003, avec pour ambition d’en faire la plateforme incontournable du micro-local. Derrière cette aventure entrepreneuriale, l’idéal d’un « mieux-vivre ensemble ».

Grégoire Even donne au réseau social Peuplade un nouvel élan

Anaïs Bon : Quel est le modèle économique de Peuplade ?

Grégoire Even : Nous avons différentes pistes que nous allons développer et tester dans les mois à venir. La première est l’abonnement des utilisateurs, des commerçants ou des acteurs des quartiers. Nous n’y croyons pas trop et pensons que le service étant d’intérêt général devrait rester gratuit, mais nous allons leur poser la question.

La seconde piste, à laquelle nous croyons vraiment, est en C to B to C. Il faut que nous parvenions à capter les besoins des communautés pour leur donner les informations dont elles ont besoin. A nous d’aller chercher l’information auprès de partenaires publics ou privés pour créer de la valeur et ce capital social qui reste le cœur de notre mission. C’est ce que nous allons tester avec des entreprises, acteurs publics et commerçants, et nous interrogerons nos utilisateurs.

Nous pensons que l’innovation technologique doit être au service de l’innovation sociale. Nous avons aussi l’ambition d’innover au plan marketing, pour redonner le pouvoir au consommateur au niveau local. Si par exemple un acteur public ou semi-public souhaite sensibiliser toute une partie de la population au tri des emballages ménagers (selon les villes de France et les quartiers, on trie plus ou moins bien) et que les utilisateurs nous disent qu’ils souhaitent avoir des informations pour mieux trier, nous irons voir des entreprises ou partenaires pour créer une animation dans le quartier, par exemple une sorte de road-show. L’idée est que les gens fassent  connaissance autour d’une problématique qui leur est commune.

Quelle est la vocation de Peuplade ?

Le but de Peuplade est que le online soit prétexte à des moments offline. Le digital n’est pas « la » solution mais une des solutions qui permettent d’améliorer les rencontres au niveau micro-local. Ce qui vraiment nous différencie par rapport à d’autres, c’est cette notion territoriale. Nous sommes vraiment le réseau d’un quartier. On doit créer ce sentiment d’appartenance et ouvrir une fenêtre sur cette richesse humaine qu’offre notre quartier.

L’autre mission, c’est le mieux vivre ensemble. Notre communauté et tous ceux qui sont inscrits pour le moment sont des gens qui partagent cette vision, quelque chose de très aspirationnel.

Nous cherchons aussi à proposer une interface extrêmement simple. Pour l’instant nous sommes lancés en test dans trois villes, Paris, Marseille et Grenoble, en mode très confidentiel. 2500 membres se sont inscrits en deux petits mois et nous écoutons beaucoup cette communauté. La prochaine étape est l’ouverture au niveau national. Après, dans l’année à venir, il s’agira de travailler avec tous ces acteurs de quartier pour trouver un modèle qui s’inscrive dans le temps.

Idéalement, le but est qu’à terme les gens n’aient plus besoin de Peuplade (comme le développement durable en entreprise). Mais Peuplade restera un liant: il faudrait que quand les gens changent de quartier, leur premier réflexe soit d’aller sur Peuplade qui sont leurs voisins et les associations locales dans lesquelles ils pourront s’engager. Pour créer des interactions, la première étape est de faire en sorte que les gens se découvrent par centres d’intérêt. On dit souvent que les gens ont besoin d’une excuse pour  faire connaissance et briser la glace. Après, ce sera tout un travail d’animation communautaire : montrer aux gens comment utiliser le réseau, faire en sorte qu’ils s’approprient les différents usages, comme la création de rendez-vous et de groupes thématiques.


Peuplade, le réseau social de quartier… par gregoire5

Quelles sont les tendances qui t’inspirent, en tant qu’entrepreneur ?

Je suis très curieux de tout le mouvement de démocratie participative qui est en train d’émerger au niveau des quartiers. Je crois vraiment qu’il faut, pour redonner envie aux gens de s’impliquer dans la vie locale, que l’on commence par agir au niveau de son territoire et de son quartier. Je crois beaucoup que le digital peut accompagner ces dynamiques d’appropriation et de prise de décision.

Quel message souhaiterais-tu faire passer ?

On a trop tendance à sous-estimer la richesse humaine qui nous entoure dans nos quartiers. On voit moins notre voisin comme quelqu’un qui peut nous apporter quelque chose que quelqu’un qui peut nous apporter des ennuis. Je viens de déménager, mes voisins ont récupéré la moitié de mes meubles. L’économie collaborative fait partie de mon quotidien, je fais tout le temps du covoiturage, je partage avec mon voisinage…ce sont des choses que je faisais naturellement depuis longtemps, c’est peut-être mon esprit provincial breton ! Bref, intéressons-nous les uns aux autres.

Partager :
Tags : Un commentaire

1 commentaire(s)

  1. fanet

    bravo et bon courage ; merci pour la réunion avec les différentes assoc qui développe la culture des commestibles en ville et autres. bien à toi
    florence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *