Les Lundis Y : Plus besoin de travailler en Finlande

Imaginez que vous n’ayez plus besoin de travailler. Vous en rêviez. Eh bien, la Finlande l’a fait ! Si, si, ce n’est pas une blague. Si vous ne me croyez pas, je vous invite à lire cet article paru dernièrement dans Libération.

En quoi cela consiste ? Il s’agit d’un projet de loi défendu par le Premier ministre finlandais Juha Sipilä selon lequel tous les citoyens du pays auraient le droit à un revenu de base garanti, quel que soit leur âge ou leur situation sociale. Ce revenu universel, versé sans contrepartie, serait suffisant pour vivre modestement.

Selon Geopolitis, cette aide, encore en discussion, serait comprise entre 500 euros et 1 000 euros par mois (comme le souhaiteraient les libéraux) afin d’éliminer la pauvreté. Car la Finlande, malgré sa richesse, connaît un taux de chômage de 9%. Le pays veut ainsi essayer d’atteindre le plein-emploi en s’orientant vers le travail choisi. Si le projet aboutit, des régions pilotes à fort taux de chômage expérimenteront en premier ce revenu de base garanti.

Selon moi, cette mesure pose avant tout la question du désir. Si nous ne sommes plus obligés de travailler pour gagner notre vie, nous pouvons décider librement de l’organisation de notre vie. Michel Lachar, dans son article paru dans Geopolis, résume en effet très bien les conséquences que pourrait avoir une telle mesure sur la vie des Finlandais :

« Avec ce temps libre dégagé, chacun pourrait être utile autrement : s’occuper de ses enfants, de ses proches, de son quartier, de son environnement. Aide aux devoirs, jardinage, faire son marché pour une meilleure santé, s’occuper des plus âgés aujourd’hui relégués, s’investir dans une assocation. Toute une utilité sociale en dehors du salariat.

Chacun pourrait faire un choix (difficile) entre temps et argent… Entre une vie simple et sans contrainte professionnelle ou confortable mais laborieuse. Pour les écologistes, cela veut aussi dire moins de déplacements domicile-travail, moins de voiture, moins de routes encombrées, moins de pollution, moins de pétrole… L’idée que l’on puisse être utile en dehors du travail salarié et de la «surconsommation» est une idée neuve en Europe. Une utopie qui mérite réflexion. »

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *