Guy Kawasaki : Sécuriser ses projets grâce au pre-mortem

Ce sont près des 2/3 des projets de transformation qui échouent ou n’atteignent pas les résultats attendus… Vient alors le moment des analyses post-mortem, où à la manière d’un médecin légiste, l’on recherche les causes de l’échec.

 startupstockphotos.com

 

N’est-ce pas un peu tard ?

How to anticipate…

Crédit photo : vistage.com
Daniel H. Pink

Daniel H. Pink

Effectivement, nous ne pouvez plus sauver le projet ou le produit. C’est pourquoi dans L’Art de se lancer 2.0*, Guy Kawasaki recommande d’inverser les étapes. S’inspirant des travaux du psychologue Gary Klein sur la prise de décision, il conseille de commencer ses projets à fort enjeu par un pre-mortem : repérez, avant de démarrer le projet, le maximum de causes potentielles d’échec et cherchez à les prévenir.

Cette méthode n’est pas réservée aux start up ou à des multinationales qui lancent un nouveau produit, vous pouvez aussi l’utiliser pour des projets personnels : L’auteur Dan Pink la pratique lorsqu’il se lance dans l’écriture d’un nouveau livre. Il mène son pre-mortem et en conserve les conclusions sur son bureau. Cela semble plutôt bien lui réussir comme en témoigne son ouvrage sur la motivation, La Vérité sur ce qui nous motive* (Flammarion, 2016!

Comment mener son pre-mortem ?

  –  Projetez-vous d’ici la fin supposée de votre projet.

  –  Imaginez que ce projet soit le pire échec que vous n’ayez jamais connu. Allez-y franchement, Guy Kawasaki parle « d’échec, de catastrophe, d’implosion » ! Vous avez dépassé les délais et explosé le budget, votre équipe vous déteste, vos hauts potentiels sont partis chez votre concurrent…

  –  Demandez-vous alors « Quelles sont les causes de cet échec ? ». Vous pouvez mener cette réflexion seul ou mieux encore, avec votre équipe.

  –  Recensez le maximum de causes possibles, même celles qui peuvent sembler minimes ou trop improbables.

  –  Tournez-les ensuite en recommandations positives, en parades.

  –  Reprenez ces recommandations tout au long de votre projet pour vous assurer que vous êtes toujours sur la bonne voie.

 

Pourquoi ça fonctionne ?

Nous n’éprouvons pas de freins à soulever des difficultés potentielles en début de projet : cela ne froisse personne, ne nous expose pas, ne nous oblige pas à soulever des sujets désagréables. En revanche, une fois le projet lancé, les enjeux, les biais cognitifs ou encore le poids du groupe nous incitent à minimiser voire taire les écueils rencontrés. Ce qui conduit bien souvent à des échecs…

 

 

* Acheter :
L’Art de se lancer 2.0, Guy Kawasaki : Diateino
La vérité sur ce qui nous motive, Pink Daniel :  Flammarion – Amazon – FNAC
Partager :
Tags : Un commentaire

1 commentaire(s)

  1. GEIGER

    Toute société ayant eu à minima connaissance de l’ISO 9001 sait qu’il faut pratiquer le risk management dans les projets. Où est la nouveauté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *