Makestorming : adoptez le quick and dirty !

Makestorming vient d’être nommé livre digital de l’année, voilà une belle reconnaissance apportée au travail de Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere ! Profitons-en pour revenir sur un des principes clés de cet ouvrage, le quick and dirty. Les perfectionnistes vont frémir : il s’agit de lancer un produit, un support, un prototype sans attendre qu’il soit parfait. Le procédé est habituel dans les start-up : une version béta est mise sur le marché. Elle est améliorée petit à petit par de nouvelles versions qui viennent apporter plus de fonctionnalités et corriger les anomalies. Le produit, même imparfait, a le mérite d’exister. Les équipes recueillent de précieux feedbacks, observent les usages et peuvent réagir rapidement.

HUB AwardsMakestorming montre que vous pouvez adopter cette bonne pratique dans quelque organisation que ce soit et j’aimerais en partager une application concrète, « vue sur le terrain ».

Hacker le système

Le directeur des opérations d’une entreprise du secteur aérien lance pour le dernier trimestre 2016 un important plan de réorganisation. Il est conscient de la nécessité de communiquer et sollicite le département de la communication interne. Un mois plus tard, aucun support n’est sorti. Son équipe peine à réaliser un cahier des charges, le département de communication interne a des projets plus prioritaires…

Que faire ?

Il pourrait se contenter des solutions habituelles comme aller chercher un arbitrage auprès de la direction générale en la faveur de ce projet et espérer le faire remonter dans les priorités. Il pourrait faire appel à un prestataire externe ou se contenter d’un énième médiocre PowerPoint présenté dans la cafétéria.

Il choisit plutôt de hacker le système.

Mieux vaut fait que parfait…

Après avoir investi 10 euros dans un trépied flexible pour son smartphone, il se filme lui-même sur un des sites d’exploitation. En partant d’un incident majeur, il explique en 3 minutes, avec des mots simples, la nécessité de changer les processus en profondeur. Le soir même, son fils l’aide à réaliser les quelques coupes nécessaires à l’aide d’un logiciel gratuit.

Le lendemain matin, la vidéo est dans la boîte mail des équipes.

pexels-photo-28462

unsplash.com

Elle fait le buzz du jour. Tout le monde en parle et est bluffé d’apprendre qu’il l’a réalisée seul, en une heure, avec 10 euros.

Cette courte vidéo artisanale a eu un impact important : au-delà de communiquer sur la réorganisation à venir, elle a aussi accordé la permission de prendre des initiatives.

Chacun s’est senti autorisé à utiliser des moyens modestes, souvent gratuits, pour réaliser des supports de communication, produire des maquettes ou lancer un mini sondage en ligne.

À vous de jouer !

Et vous, quel est le caillou dans la chaussure dont vous aimeriez vous débarrasser ? Quelle solution même artisanale pourrait vous y aider ? Quels collègues pourrez-vous mobiliser à peu de frais ?

Aidez-vous de l’ouvrage et du blog associé pour nourrir votre inspiration et celle de vos équipes.

Partager :
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *