Etre un leader authentique ne suffit pas…

Business people walking together in the cityDe plus en plus de leaders sont convaincus de la nécessité d’exercer un leadership authentique, qui leur permette d’agir en étant aligné avec leur personnalité profonde. Ils peuvent enfin s’autoriser à être eux-mêmes, à agir en fonction de leurs convictions et de leur façon d’être, et non plus en fonction de tel ou tel modèle. Les collaborateurs ressentent cet alignement entre la personne et les actions, ils sont plus enclins à s’engager aux côtés de ce leader. L’authenticité bénéficie ainsi à l’ensemble de l’organisation.

Prasad Kaipa et Navi Radjou reconnaissent dans leur ouvrage Donner du sens à l’intelligence que l’authenticité est un premier pas vers l’exercice d’un leadership éclairé et plus sage. Mais ils nous mettent en garde, l’authenticité ne peut constituer une fin en soi et n’est pas la garantie de résultats positifs :

Donner du sens à l’intelligence, Prasad Kaipa, Navi Radjou, éd. Diateino, 2016

« De nos jours, l’authenticité est vantée comme la vertu que tout leader se doit de posséder. Si nous le pensons également, nous estimons néanmoins qu’agir de manière authentique ne suffit pas (et pourrait même se retourner contre vous) si vous n’agissez pas également de manière appropriée, c’est-à-dire d’une manière bien adaptée aux circonstances. Steve Jobs était authentique, mais il n’agissait pas toujours de manière appropriée. Ainsi, il a refusé d’octroyer des options d’achat sur actions à son ami de longue date, Daniel Kottke (ainsi qu’à Mike Fernandez), qui avait travaillé à ses côtés dans le garage de Jobs sur des prototypes d’ordinateurs Apple (Jobs soutenait que Kottke n’était qu’un employé rémunéré à l’heure). Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple, a lui agi de manière authentique autant qu’appropriée en reconnaissant la nécessité de d’octroyer des options d’achat sur actions à Kottke et Fernandez, qui avaient contribué au succès d’Apple à ses débuts. Comme Jobs continuait de s’y opposer, Wozniak a cédé une partie de ses propres options d’achat sur actions à Kottke et Fernandez.

La sagesse pratique implique d’apprendre à agir de manière appropriée (envers soi mais également envers autrui) sans perdre de son authenticité. Manou, l’un des premiers penseurs de la philosophie indienne à conceptualiser le droit social et la coutume, affirmait que diriger avec sagesse consistait à savoir trouver le bon équilibre entre l’authentique et l’approprié. Plus simplement, il y a des moments où il faut agir conformément à sa nature (qui on est réellement) et des moments, lorsque les circonstances l’exigent, où il faut aller à l’encontre de celle-ci pour son bien et pour le bien commun. Agir de manière appropriée, ce n’est pas seulement agir ainsi envers soi-même, mais plutôt et surtout envers les autres. Les dirigeants doivent laisser les contextes intérieur et extérieur leur dicter la manière d’agir appropriée. »

Et vous, dans vos prises de décisions, dans vos actions quotidiennes, comment parvenez-vous à agir de façon appropriée tout en restant vous-même autant que possible ?

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *