Qui faut-il mobiliser pour mener une transformation culturelle ?

FouleLes organisations se posent souvent la même question au moment de se lancer dans une importante transformation culturelle : qui faut-il mobiliser dans la transformation ? Faut-il partir du top 100 de l’organisation et décliner la transformation tout au long de la chaîne hiérarchique ? Faut-il plutôt chercher à mobiliser l’ensemble des collaborateurs pour obtenir un mouvement de masse ou encore partir d’initiatives du terrain ? Bien sûr, chacune de ces options présente des avantages et des limites. Yann Viot et Béatrice Lecerf, auteurs du Petit manuel d’accélération culturelle, préconisent une option insuffisamment exploitée à leurs yeux : « embarquer tous les adultes consentants » !

 « Pour accélérer la transformation culturelle, ne lancez le mouvement qu’avec celles et ceux qui ont envie de contribuer, envie d’en faire partie, quelle que soit leur place dans votre organisation.

Ne partez qu’avec les volontaires. TOUS les volontaires.

À l’inverse des logiques habituelles de planification, de contrôle de la participation, de mesure immédiate des résultats, laissez aller et venir tous les collaborateurs au gré́ de leur appétence pour les sujets à traiter, de leurs envies d’évoluer et d’apprendre, de leur temps libéré.

petit-manuel-d-accelerationÀ l’inverse des effets de silo et/ou des logiques « hauts potentiels », veillez à inviter/considérer tout le monde. Allez chercher les volontaires dans tous les coins de l’organisation, quels que soient leur fonction, leurs responsabilités, leur âge, leurs expertises actuelles. Mélangez, brassez !

Comme on n’attire pas les mouches avec du vinaigre, vous n’embarquerez personne sans une intention claire.

« Pourquoi ? », c’est la question clé. Travaillez et communiquez votre réponse.

Comme dirait Simon Sinek[1] dans le livre éponyme : il faut « commencer par pourquoi.

Au début vous trouverez peu de volontaires. Votre démarche sera surprenante, pour ne pas dire suspecte. Et elle sera certainement très mal relayée par le management qui y verra les premières graines de sa perte de pouvoir, la nécessité (parfois douloureuse) de réinventer rapidement sa mission.

Parlez clair et fort, en direct, à toutes et à tous.

Veillez à ce que vos plus proches collaborateurs aient compris votre intention et mesuré son impact. Demandez-leur d’être exemplaires à la place qui est la leur. »

 Les recommandations de Yann Viot et Béatrice Lecerf rappellent les principes de la cartographie des alliés. Il est plus efficace de mobiliser les alliés, d’en faire des ambassadeurs du changement que les indécis rallieront petit à petit que de chercher à convaincre les opposants. Pour mener à bien votre transformation culturelle, mettez votre énergie au bon endroit, appuyez-vous sur TOUS les volontaires et vous bénéficierez ainsi d’un puissant effet de levier.

[1] Simon Sinek, Commencer par pourquoi : Comment les grands leaders nous inspirent à passer à l’action, Performance, 2015.

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *