Entrepreneurs : Attention à la copie !

twinAprès des semaines de recherche et développement, et des prototypages successifs, vous venez de lancer un nouveau produit, un nouveau concept sur le marché et… vous voilà copié par un concurrent !

C’est plutôt rageant ! Au-delà de la colère que cela peut légitimement provoquer, comment réagir ? Vivien Poujade nous apporte son éclairage dans son « Guide de survie pour tout entrepreneur » :

« Généralement, on n’aime guère les personnes qui nous copient ou nous imitent. Ayez pourtant conscience que si quelqu’un tente de vous copier, c’est qu’il aime ce que vous faites ! Restez néanmoins très vigilant.

Classez ces concurrents qui vous imitent en trois catégories pour bien évaluer le niveau de menace pour vous et votre activité.

  • Les suiveurs : de taille comparable et avec des moyens similaires aux vôtres (ou même plus petits), ils ont généralement un temps de retard sur vous car ils attendent votre mise sur le marché pour vous imiter. Ils auront besoin de temps pour développer un produit proche du vôtre ou de sa dernière version. Vous pourrez continuer à développer vos ventes en affichant publiquement un produit en avance par rapport à la concurrence. Etudiez leur réaction lors du lancement d’un nouveau produit et mesurez le temps qu’ils mettent pour vous suivre.
  • Les challengers : ils vont reproduire votre idée et en profiter pour l’améliorer et se positionner sur des marchés équivalents au vôtre ou sur d’autres sur lesquels, faute de temps et de moyens, vous ne vous êtes pas encore positionné. Les concurrents de ce type ont donc une bonne capacité de nuisance. Ils risquent de vous amener à revoir vos tarifs à la hausse (pour prendre une position davantage haut de gamme) ou à la baisse (pour devenir plus compétitif qu’eux, mais vous réduirez alors votre marge. A vous d’utiliser leurs méthodes et de récupérer les bonnes idées qu’ils ont apportées au marché…
  • Les rouleaux compresseurs : ce sont de grosses sociétés, PME, ETI ou grands groupes qui identifient votre bonne idée et se mettent en tête de développer le même produit ou service de manière plus fiable, plus puissante, plus rapide, car ils ont davantage de moyens. C’est triste et déloyal ? Ce n’est pas forcément la « fin du monde » (ou, en tous cas, la fin de votre aventure) car les grands comptes ne vont pas forcément s’intéresser tout de suite à votre marché et privilégieront les secteurs où ils peuvent frapper vite et fort. Les quelques pourcents d’un marché qu’ils vous laissent peuvent représenter encore une manne financière importante pour une TPE/PME. Vous ne lutterez de toutes façons pas à armes égales : vous pouvez choisir de persévérer ou de vous repositionner sur un/des marchés différents des leurs. Vous pouvez aussi jouer la carte de la réactivité, de la flexibilité, du sur-mesure et de la personnalisation que les grosses sociétés ont parfois plus de mal à gérer, compte tenu de leur taille. »

le-guide-de-survie-pour-tout-entrepreneurEt vous, avez-vous fait une cartographie de vos concurrents ? Suivez-vous régulièrement leur activité que ce soit sur les réseaux sociaux ou lors d’événements professionnels ? Les voyez-vous reprendre vos idées ? Faites régulièrement ce travail de veille, sans toutefois tomber dans une paranoïa excessive. Il est souvent préférable de partager ses idées et prototypes très tôt dans le cycle d’innovation pour recueillir du feedback et les améliorer, plutôt que de conserver jalousement ses idées ! Voyez plutôt dans la concurrence une opportunité de stimuler votre créativité !

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *