Le collègue qui rentre de vacances

flamingoVoir ses collègues partir en vacances alors que cette année c’est votre tour d’assurer une permanence au mois de mai est déjà très désagréable, mais le pire est à venir : il faudra supporter aussi leur retour enjoué… Hortense Bender, dans son ouvrage Comme un lundi au bureau nous décrit avec sa verve habituelle « le collègue qui rentre de vacances ». Préparez-vous à le retrouver lundi !

« Profil : Le collègue qui rentre de vacances est ce compagnon qui, pour une fois dans l’année, débarque au boulot avec un sourire rayonnant. Détendu, il prend le temps de saluer chaque personne croisée, exhibant un teint hâlé et une bonne humeur indécente.

Description : Le collègue qui rentre de vacances porte une tenue spécialement choisie pour valoriser son bronzage éclatant et ainsi susciter la jalousie de ses collègues blafards. Il affiche aussi bien souvent une espèce de sérénité, comme s’il se sentait tout à coup capable de relativiser pour de bon tous les petits tracas de la vie de bureau. On ne lui donne pas deux heures…

Rapport aux autres : Le seul but du collègue qui rentre de vacances est de se la péter un maximum en commentant, à qui veut l’entendre, le gîte de ouf qu’il a loué dans le Lubéron. Une fois pris dans ses filets, tu subiras, impuissant, un récit édulcoré de ses vacances et le défilé de ses photos dignes des pires clichés Instagram.

Comment l’apprivoiser : Ou plutôt comment le casser ! Surtout si tu fais partie de ces pauvres âmes restées seules au bureau pendant que tout le monde s’est barrée en vacances. Ignore-le ou alors salue-le comme s’il ne s’était jamais absenté. Tu t’abstiens, bien sûr de toute réflexion sur sa bonne mine outrageuse, son air cool et surtout, SURTOUT, tu ne rebondis pas une seule seconde sur la photo de sa chambre qui compte déjà 302 likes sur Facebook.

Nuisible : Ayant dû gérer les dossiers foireux que ton cher collègue en vacances avait « oublié » de traiter avant de partir, tu as des montées de rage dès que tu l’aperçois. Sa bonne humeur crispante est la pire des insultes à ton début de burn-out.

comme-un-lundi-au-bureauHabitat : Le collègue qui rentre de vacances prend un malin plaisir à squatter la machine à café. D’abord pour reculer un maximum ce moment fatidique où il devra se remettre au taf. Et ensuite afin de crâner devant le public le plus large possible au sujet de ses « vacances incroyables ».

Caractère : Le collègue qui rentre de vacances pourrait facilement être qualifié de bipolaire. En effet, de charmante humeur le matin, il sera souvent au bord de la crise de nerfs le soir venu, une fois bien mis à l’épreuve par les différents assauts bureaucratiques dûs à son absence prolongée. »

Vous pourrez toujours vous consoler en mangeant quelques-uns de ces calissons d’Aix qu’il a achetés à la va-vite à la gare TGV et cocher les semaines sur le calendrier en attendant vos vacances à vous, enfin !

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *