Faut-il vraiment partager son ressenti en entreprise ?

 Michel Sarrat, inspiré en partie par Vineet Nayar et l’expérience des Employés d’abord, les clients ensuite mais aussi par Frédéric Laloux et Reinventing Organizations, partage son propre cheminement vers une entreprise libérée dans l’ouvrage Nous réinventons notre entreprise. A la tête de l’entreprise de transports routiers GT Location depuis 2001, il s’engage petit à petit dans une démarche d’autonomisation des collaborateurs. Pourtant, cette activité connaît de sévère difficultés et la culture managériale des transports routiers est plutôt hiérarchique. Mais c’est justement en faisant le pari de l’intelligence collective et en développant davantage de transparence que l’entreprise parvient à faire face à différentes crises et à trouver un nouveau souffle.

Michel Sarrat partage honnêtement les difficultés, les moments de doute mais aussi les grandes joies qu’il a rencontrés. Il a réalisé que pour transformer son entreprise il lui fallait se transformer lui aussi et notamment davantage partager son ressenti et écouter celui des autres, ce qui ne lui était pas naturel :

 « Pour ma part, je partais de très loin. Jeune professionnel, ma représentation du rôle de « patron » faisait la part belle au courage, à la prise de décision, à l’intelligence des situations. Ma devise pouvait être : « Never complain, never explain. » Alors, m’ouvrir à mes ressentis, et pire, les partager dans l’enceinte de l’entreprise relevait de l’inconcevable. Heureusement, grâce à des formations – notamment au sein du Centre des Jeunes Dirigeants –, des rencontres, des lectures, j’ai découvert progressivement combien m’ouvrir à mes ressentis pouvait m’aider à mieux comprendre et à mieux vivre les situations. Mais je n’étais qu’au début du chemin. Aujourd’hui, j’expérimente régulièrement, au détour d’une conversation, combien je peux aider l’autre à accéder à ses ressentis, à ses valeurs, et, réciproquement, combien mon interlocuteur, par une écoute active et le partage de ses propres ressentis, m’aide à contacter ma profondeur. Et ce faisant, combien c’est vitalisant pour nous deux et le plus souvent éclairant pour la situation.

De même, lors de réunions concernant des changements d’affectation proposés à des directeurs de filiales, nous avons souvent expérimenté, avec une forme d’émerveillement, combien le fait d’avoir pris du temps pour échanger sur le sens et les valeurs de notre action, de notre démarche, rendait celle-ci beaucoup plus fluide. Et combien nous gagnons en efficacité et en rapidité par la suite. Ce qui s’est clarifié à l’intérieur de nous-mêmes a fait progresser notre compréhension de la situation et a permis l’émergence de solutions nouvelles.

Dans une entreprise, la tentation est grande de chercher à être efficace tout de suite, de passer le plus rapidement possible à l’organisation matérielle, aux procédures, au « qui fait quoi », aux budgets, aux plans d’actions… En un mot, aux choses sérieuses ! Et pourtant, prendre du temps pour que les participants expriment leurs ressentis positifs leur permet de se recharger en énergie, d’augmenter leur confiance en eux. De même, prendre du temps pour accueillir les ressentis négatifs, les tensions, les méfiances, les peurs, évite que ceux-ci s’enkystent en chacun.

Je me souviens d’une réunion sur le processus de revalorisation. L’un d’entre nous, en désaccord sur un point, bloquait la mise en place du processus. Il a pu exprimer son ressenti et la raison de sa position. Le lendemain, il nous écrivait un mail pour nous dire que le fait de s’être senti écouté et respecté l’avait aidé à mûrir le sujet et qu’il rejoignait « librement » la position commune. Ce partage de ressentis, dans la mesure où il se fait dans le respect, l’authenticité et la bienveillance, renforce l’alliance entre les participants. Cela permet d’accéder à une meilleure compréhension du sens et des valeurs, humaines et stratégiques, qui orientent et soutiennent notre action commune. C’est ce qui donne l’énergie pour passer à l’action. Une fois cette étape franchie, le moment est venu de construire et ceci peut alors se faire sur des fondations solides. »

Au lieu de conclure hâtivement une réunion par un plan d’actions, peut-être pouvez-vous prendre le temps de laisser chacun exprimer son ressenti et d’exprimer le vôtre. Comment chacun a-t-il vécu la réunion ? S’est-il senti écouté, reste-t-il des frustrations, des colères ? Au contraire, l’équipe est-elle satisfaite du chemin parcouru, des décisions qui ont été prises ? Prendre le temps de ce tour de table vous aidera à gagner beaucoup plus de temps lors de la mise en place du plan d’actions. Vous éviterez bien des résistances par la suite et permettrez à chacun de quitter la salle de réunion rechargé en énergie positive !

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *