Changement de vie : gérer l’après

Lorsque nous souhaitons changer de vie (métier, résidence, style de vie,…) nous sommes naturellement focalisés sur la phase de préparation puis sur le passage à l’action. Mais, après ?

Une fois que vous avez déballé les cartons, branché votre ordinateur, fait le tour de votre nouvel environnement, découvert vos collègues et clients, et invité les voisins à la pendaison de crémaillère, que faire ? Christelle Capo-Chichi aborde cette phase de « l’après » dans son ouvrage « Libre de changer de vie ». Elle recommande de prendre le temps de s’ajuster à sa nouvelle vie, mais de ne pas oublier de prendre du recul et faire le bilan du changement. Elle nous explique comment procéder :

« Faire le point ni trop tôt ni trop tard

Votre projet aura eu besoin de temps pour se construire et évoluer. De la même façon, il est important de laisser passer une certaine période pour intégrer toutes les dimensions de l’évolution que vous avez suivie avant d’en tirer un premier bilan.

Deux ans peuvent sembler un délai important pour établir ce bilan. Or cette durée correspond à un cycle que l’on pourrait appeler « découverte / choix ».

  • Une première année permet de découvrir et d’expérimenter chaque étape d’une nouvelle vie.
  • Une deuxième année peut être celle où l’on anticipe davantage ce que le changement a engendré, et où l’on reprend prise sur les événements. L’année où l’on commence à habiter pleinement une nouvelle fonction ou un nouveau lieu de vie. L’année où l’on ne vit plus seulement dans la réponse aux nouveaux événements, mais où l’on peut penser les éventuels ajustements à opérer, les alternatives à explorer.

Les délais sont variables d’une situation à l’autre : dix-huit mois,  deux ou trois ans constituent des durées raisonnables pour laisser les changements prendre leur pleine mesure et tirer les conclusions de votre changement de vie. Cependant, ne repoussez pas éternellement pour autant cette phase de bilan, indispensable pour passer de la phase « changement » à la phase « stabilisation ».

Une vigilance continue

Durant toute cette période d‘installation, ayez le réflexe d’effectuer des bilans courts et fréquents pour vous assurer que vous gardez le cap. Conservez l’habitude de points d’avancement réguliers, que vous aviez déjà mis en place dans la phase de préparation de votre projet.

Ces moments de « recadrage » sont utiles pour apporter les ajustements nécessaires à la façon dont vous faites face aux difficultés et imprévus. Nous vous y avons souvent encouragé, n’hésitez pas à les noter dans votre « carnet de bord du changement ».

Tous les trois mois ? six mois ? A quelle fréquence opérer ces bilans d’étape ? en la matière, pas d’autres règles que la régularité et des durées adaptées aux changements que vous avez mis en place. En revanche, à chaque fois, donnez-vous le temps nécessaire (deux à trois heures) pour y réfléchir sérieusement.

En d’autres termes, continuez de vous montrer proactif et vigilant même après que le changement a eu lieu. Vous anticiperez ainsi la phase finale d’évaluation le plus en amont possible. »

Il s’agit de trouver un équilibre entre d’une part, se donner le temps de s’adapter à sa nouvelle vie et d’autre part, faire le point et mettre en place les ajustements nécessaires pour pouvoir boucler cette phase et se poser… avant le prochain projet !

Et vous, prenez-vous le temps de prendre du recul une fois le changement mis en place ? Parfois nous nous laissons rattraper par le quotidien et manquons ces opportunités de se féliciter du chemin parcouru et d’apporter quelques améliorations.

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *