Concilier prise de décision et prise de risque

Nous évoluons dans des environnements incertains, rapidement changeants et il nous faut pourtant prendre des décisions, souvent sans pouvoir prendre le temps de collecter toutes les informations nécessaires, et parfois en ignorant même que beaucoup d’éléments nous sont inconnus ! Cette pression conjointe de la prise de décision et de la prise de risques provoque parfois des comportements peu pertinents : procrastination, perfectionnisme ou encore fuite en avant. Dans son ouvrage L’Art de prendre les bonnes décisions, Joseph Bikart veut nous montrer que prendre des décisions « implique l’acceptation du risque comme un élément clé de l’équation ». Il s’en explique ainsi :

« Vivre une vie sans risque serait une perspective sans joie, aussi idyllique que cette idée puisse paraître à première vue. En fin de compte, le sentiment de manquer des occasions commencerait à grignoter votre bien être.

Vous vous en voudriez de n’avoir pas trouvé comment utiliser vos talents.

Personne ne vous considèrerait comme un compagnon digne d’intérêt pour une aventure. Vos actions auprès de votre entourage perdraient de leur valeur. Vous vous étioleriez moralement et spirituellement.

Dans le monde des affaires, on considère souvent le risque comme un prix qui augmente proportionnellement à la récompense. Risquer trop, c’est parier sur un gain sans commune mesure avec ce que vous seriez profondément réticent à perdre ; risquer trop peu équivaut à un trop petit changement.

Une attitude saine face au risque est basée sur la conscience (savoir ce qui est en jeu, évaluer le bénéfices et les moyens de les réaliser) et sur le courage (résilience face à l’échec et, idéalement, sentiment de joie de relever le défi).

Quatre réponses

Lorsqu’un risque est identifié, vous êtes confronté à quatre options : l’accepter, le réduire, le transférer ou l’éviter. Il est préférable d’accepter le risque après l’avoir réduit autant que possible sans en diminuer le bénéfice. Transférer le risque signifie impliquer d’autres personnes dans votre entreprise, par exemple, la recherche d’un soutien financier. L’éviter signifie accepter la situation actuelle au lieu de se lancer dans une nouvelle aventure risquée, ou rechercher une méthode plus sûre pour changer ce qui n’est pas satisfaisant.

Un entrepreneur efficace et pleinement motivé passera à l’action en sachant qu’il y aura des échecs en cours de route, nécessitant souvent un changement de stratégie improvisé. On apprend plus de l’échec que du succès. Aller dans un sens, puis dans l’autre, et se réorienter selon l’évolution du contexte, fait partie de l’expérience personnelle et collective.

Apprendre à éliminer les connotations négatives du mot « échec » est une compétence clé pour quiconque voulant évoluer dans le monde des affaires. La programmation neurolinguistique (PNL) nous enseigne qu’il n’existe pas d’échecs, mais uniquement des réactions. Il est sain de pouvoir parler d’un projet qui échoue sans une pointe d’embarras, mais néfaste de parler d’une personne qui échoue.

Réflexion globale

Dans toute situation de risque, il est bon de mettre en place des plans d’urgence et d’atténuation des risques. Toutes les éventualités doivent être envisagées. Certains dirigeants peuvent parler « d’impensable », mais c’est un terme dangereux, pour deux raisons importantes :

  • Les pires résultats possibles sont précisément ceux auxquels il convient de faire face stoïquement pour ne pas les écarter comme des catastrophes inenvisageables.
  • Le fait de qualifier un résultat « d’impensable » incite inévitablement les gens à penser qu’il s’agit d’un désastre si l’on obtient un tel résultat, alors que des dispositifs d’intervention satisfaisants peuvent idéalement transformer le pire des scénarios en une réalité acceptable pour tous. »

 Et vous, la crise Covid a-t-elle fait évoluer votre rapport au risque dans la prise de décision ? Certains se sentent paradoxalement plus sûrs d’eux dans un environnement qu’ils ont finalement renoncé à maîtriser, d’autres au contraire, restent contraints par l’incertitude et retardent autant que possible la prise de décisions.

Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *