Permaculture et résolution de problèmes

Le bio mimétisme nous incite à nous inspirer de la nature pour innover et résoudre des problèmes complexes : nous connaissons bien l’exemple du velcro. Il copie ces petits crochets des fleurs de bardane, qui ont l’art de s’accrocher à vos vêtements ou aux poils du chien lors de vos promenades dans la campagne. Aujourd’hui, des experts en aéronautique étudient le dendrobate ganuliferus, un amphibien du Costa Rica : sa double couche de peau sécrète du venin. Ce principe de double couche pourrait être appliqué au produit antigivre employé sur les avions !

Dans ce même esprit, Louise Browaeys nous incite, dans son ouvrage l’Odyssée des Vivants, à nous inspirer des principes de la permaculture pour résoudre des problèmes complexes. La réponse se trouve parfois de façon indirecte, par des détours créatifs :

« Par exemple, ce qu’on perçoit comme un problème, on peut le voir finalement comme une opportunité de changement. Si tu as un problème de limaces au jardin, c’est que tu n’as pas assez de crapauds. Donc, il faut tout simplement construire des habitats pour les crapauds ! il s’agit de trouver des solutions créatives et bénéfiques pour tous. Parfois, les choses se résolvent sans que notre intervention soit nécessaire. C’est ce que nous apprenons quand nous jardinons, et qui peut nous servir dans d’autres domaines de la vie. »

En entreprise, face à des difficultés, nous avons tendance à vouloir intervenir à tout prix. Les cultures d’entreprise valorisent les plans d’action. Nous cherchons donc une action à mettre en œuvre qui réponde directement au problème pour pouvoir passer à un autre sujet.

En réalité, notre intervention est parfois nuisible : elle empêche d’autres systèmes de régulation, parfois plus pertinents, mais moins directs, comme ces habitats à crapauds, de se mettre en place.

Face à un problème, nous pouvons :

  • tempérer notre envie de passer tout de suite à l’action ;
  • prendre du recul pour regarder la situation d’un point de vue plus systémique et nous aider à voir au-delà d’une solution immédiate peut-être erronée ou peu pertinente ;
  • évaluer si nous sommes la meilleure personne pour agir ou si d’autres personnes, d’autres systèmes, pourraient parvenir à un meilleur résultat ;
  • accepter de faire des détours créatifs pour faire émerger des solutions certes détournées mais plus efficaces à long terme.
Partager :
Tags : Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *